L’interdisciplinarité

Essentielle aux nouvelles activités des pharmaciens!

Bien que l’élargissement du rôle des pharmaciens ait fait l’objet de nombreux débats au cours des dernières années, les ordres professionnels s’entendent aujourd’hui sur l’importance de leur donner de nouvelles responsabilités, mais dans une optique d’interdisciplinarité.

C’est le point marquant qui ressort d’un récent débat où étaient conviés des représentants de l’Ordre des pharmaciens du Québec (OPQ), du Collège des médecins du Québec (CMQ), de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) ainsi qu’un pharmacien communautaire et une infirmière. Organisé par l’Association des étudiants en pharmacie de l’Université de Montréal, ce débat s’est déroulé le 4 février dernier dans le cadre du Colloque étudiant sur l’avenir de la pharmacie au Québec.

De nouvelles responsabilités

Lors du colloque, la présidente de l’OPQ, Diane Lamarre, a discuté de la contribution des pharmaciens pour améliorer l’accessibilité aux soins et favoriser une meilleure surveillance de la pharmacothérapie. Cela se fera grâce aux nouvelles responsabilités qu’ils se verront confier au cours des prochains mois par la loi 41 et certaines modifications réglementaires. Ces nouvelles responsabilités leur permettront, entre autres, de :

•   prolonger les ordonnances et les adapter;
•   prescrire certaines analyses de laboratoire;
•   administrer des médicaments dans un contexte d’enseignement;
•   initier des traitements pour quelques conditions mineures.

«La prolongation d’ordonnances et le traitement de certaines conditions mineures sont deux propositions qui visent à donner de l’air au système de santé, a illustré la présidente de l’OPQ. En ce qui a trait à l’adaptation et aux analyses de laboratoire, ce sont les deux propositions qui s’inscrivent dans l’optique d’une meilleure surveillance de la thérapie médicamenteuse.»

Une seule règle pour les professionnels

Le Dr Jean-Bernard Trudeau, secrétaire adjoint à la Direction générale du CMQ, a de son côté souligné qu’il était temps de permettre aux pharmaciens d’accroître leur contribution et qu’il fallait mettre un terme aux litiges corporatistes. Il a rappelé qu’une seule règle devrait toujours guider les professionnels de la santé : mettre le patient au cœur de leurs priorités.

À ce titre, le Dr Trudeau a soutenu que les ordres professionnels doivent eux-mêmes donner l’exemple à leurs membres en évitant de se disputer : « Les ordres professionnels ont une responsabilité commune, celle de protéger le public. S’entendre entre nous est le meilleur moyen d’encourager les professionnels de la santé à collaborer davantage».

Tiré du texte de CHRISTIAN LEDUC, 1ER MARS 2012 POUR L’ACTUALITE PHARMACEUTIQUE

Familiprix

Print Friendly